SuMCrop

Gestion durable de la santé des cultures

Liste Actualités

Toutes les actualités
Métaprogramme SumCrop
Article

16 septembre 2022

Rédaction: Com

Test actualité 4

introduction
Métaprogramme SumCrop
introduction
Métaprogramme SumCrop
Le métaprogramme Santé des Plantes (nom provisoire - le nom définitif sera annoncé lors du séminaire), qui prend en 2020 la suite de SMaCH sous de nouvelles modalités de fonctionnement, organise le 7 février 2020 un séminaire de lancement sur le thème "la biodiversité cultivée comme levier pour la gestion durable de la santé végétale : approches interdisciplinaires de la plante au territoire".
Métaprogramme SumCrop
Dates à retenir : 6 février => séminaire-bilan de l'appel à projets 2016 "Étude des activités humaines en lien avec la gestion durable de la santé des cultures" 7 février => séminaire de lancement sur la thématique "la biodiversité cultivée comme levier pour la gestion durable de la santé végétale ; approches interdisciplinaires de la plante au territoire"

Un métaprogramme pour la gestion durable des cultures

Comment produire en évitant ou en limitant le recours aux pesticides de synthèse ?

Pour gérer durablement la santé des plantes, il faut à la fois de réduire les pertes de récoltes engendrées par les nombreux ravageurs et parasites des cultures, éviter les dommages à l’environnement et s’appuyer sur les solutions qu’il peut offrir, et bien sûr mettre en place des solutions viables pour les agriculteurs et la santé de tous.  SuMCrop s’intéresse plus particulièrement aux solutions apportées par le biocontrôle et par la valorisation de l’immunité végétale. L’action du métaprogramme s’articule autour de trois grands leviers qui sont la diversification, la reconception des systèmes, et la transition vers des systèmes plus durables.

Elle concerne à la fois la gestion des bioagresseurs indigènes et la réponse aux crises sanitaires déclenchées par des organismes invasifs. Dans ce dernier cas, les travaux interdisciplinaires sur la vulnérabilité des paysages agricoles sont par exemple fondamentaux pour développer une prophylaxie préventive mais aussi pour minimiser les dégâts en cas d’échec de l’éradication. Ces travaux s’étendent jusqu’aux sciences sociales, avec l’organisation de acteurs et la mise en place de démarches participatives.